Prolifération du plancton

Encyclopédie Climatique ESPERE.
ENVIRONMENTAL SCIENCE PUBLISHED FOR EVERYBODY ROUND THE EARTH
Encyclopédie Climatique ESPERE
Les Océans
Les Océans: Bases - menu



Le problème de la prolifération du plancton dans les eaux côtières

Plus de 60% de la population mondiale vit à moins de 100 kilomètres d'une côte, et on pense que dans le futur, l'accroissement de la population dans les régions côtières sera bien plus important que partout ailleurs. La côte n'est pas uniquement un endroit agréable pour vivre, c'est également une zone qui sert pour des activités commerciales telles que l'extraction de minerais, l'élimination des déchets industriels et des eaux usées, et pour la pêche et le tourisme. Dans certaines zones côtières, la population importante et une activité industrielle intense ont endommagé les écosystèmes naturels.



L'un des problèmes majeurs qui touchent les eaux côtières est l'apport important de polluants à base d'azote et de phosphore. Ces polluants proviennent principalement des activités humaines, en particulier de l'agriculture, de l'industrie et des véhicules (voir la partie "Plancton végétal et nutriments"). Le plancton végétal se sert de beaucoup de ces polluants comme nutriments. L'excès de nutriments conduit à une prolifération du phytoplancton. Ce développement important du plancton végétal est appelé bloom, et ces blooms peuvent avoir des effets indésirables.

On appelle eutrophisation "le développement intense du phytoplancton dû à un apport excessif de nutriments".

Quels sont les problèmes associés à cette eutrophisation?

1. Les concentrations élevées de nutriments peuvent conduire à d'importants blooms de phytoplancton. Ce développement intense a lieu dans toute l'eau de surface et empêche la lumière d'atteindre l'eau du dessous. Ceci fait s'arrêter le développement des plantes qui sont plus en profondeur, et réduit la diversité biologique. Photographie de la NOAA.

2. Quand le phytoplancton meurt, il est reminéralisé (mangé) par des bactéries. Ce processus consomme l'oxygène contenue dans l'eau. Quand les blooms sont vraiment importants, cette décomposition bactérienne peut épuiser tellement l'oxygène dans les eaux profondes, qu'il n'y en a plus assez pour que les poissons puissent respirer: ils doivent donc quitter les lieux pour ne pas mourir. Les animaux qui vivent dans les fonds sous-marins ne peuvent pas facilement s'éloigner, et ils meurent. L'union européenne est la troisième puissance halieutique mondiale (c'est à dire en terme de pêche). Le maintien de la bonne santé des eaux côtières européennes est donc très important, ne serait-ce que du point de vue économique.

3. Un excès de nutriments peut parfois encourager la croissance d'espèces de phytoplancton qui produisent des toxines. Ces toxines peuvent causer la mort d'autres espèces vivantes, comme par exemple les poissons d'élevage. Les mollusques et les crustacés accumulent les toxines quand ils mangent le phytoplancton, et ces toxines peuvent alors passer aux humains quand nous les mangeons. Cela ne cause généralement que de petits ennuis gastriques, mais dans certains cas rares cela peut aussi conduire à des arrêts respiratoires qui peuvent être mortels. L'image ci-contre montre un avertissement public sur une plage, interdisant aux gens de ramasser les mollusques et les crustacés, car ils sont contaminés par une toxine qui les paralyse. Cliquez sur l'image de la NOAA pour l'agrandir! (195 KB).

4. Les grands blooms de phytoplancton peuvent causer d'horribles mousses sur les plages. Ces mousses ne sont pas toxiques, mais rebutent les gens qui avaient envie d'aller à la plage! Les retombées sur le tourisme dans les zones affectées par ce problème sont catastrophiques. Source de l'image: union européenne.

L'eutrophisation peut donc être un problème économiquement très coûteux et des mesures sont souvent prises pour limiter les apports de nutriments aux eaux côtières. Les organismes internationaux se sont mis d'accord pour diviser par deux les apports de nutriments dans les eaux autour de la Mer du Nord et de la mer Baltique, par rapport aux valeurs de 1985. Si ce but est atteint, les simulations par ordinateur suggèrent que nous devrions avoir des eaux côtières saines d'ici 2010.



Quelles mesures ont été prises en Europe ?

Apports dans les rivières

Les directives européennes concernant le traitement des eaux usées et l'utilisation de détergents sans phosphate ont réduit les apports de phosphore aux rivières et à la mer. Cependant les concentrations de phosphore sont encore élevées dans les eaux côtières et on s'aperçoit que le phosphore qui s'est retrouvé stocké dans les sédiments suite aux apports des années passées est maintenant lentement libéré dans l'eau. L'utilisation d'engrais à base de nitrate a diminué en Europe depuis les années 80 mais l'agriculture est encore une source importante d'azote.

Apports dans l'atmosphère

Bien que globalement les émissions de polluants dans l'air aient diminué, les niveaux d'oxydes d'azote dans l'atmosphère sont encore élevés. Les pots catalytiques sur les nouvelles voitures ont fait baisser les émissions d'oxydes d'azote, mais cette réduction des émissions s'est trouvée partiellement masquée du fait de l'augmentation concomittante du trafic routier. Les émissions d'ammoniaque ont elles aussi diminué, grâce à une meilleure gestion des déchets animaliers. Il reste encore beaucoup de chemin à faire pour atteindre les cibles qui ont été fixées! Un des problèmes principaux avec la pollution atmosphérique, c'est que de nombreux polluants voyagent beaucoup, et on les retrouve parfois bien loin de l'endroit où ils ont été émis, par exemple dans un pays différent. C'est pourquoi il est nécessaire de conduire des actions européennes, voire planétaires, pour réduire les apports dans les eaux côtières à partir de l'atmosphère; c'est parfois une tâche politiquement difficile à mener.

Ainsi nous avons encore du chemin à parcourir avant d'atteindre les objectifs définis par des organisations internationales, telles que la Commission OSPAR. Au moment où vous lisez ces lignes, la situation aura peut-être évolué. Essayez de trouver les sites Internet d'OSPAR et de l'Agence Européenne de l'Environnement, pour savoir si nous nous approchons des buts fixés en matière de qualité de nos eaux côtières!

A propos de cette page:

auteur: Lucinda Spokes - Environmental Sciences, University of East Anglia, Norwich - U.K.
relecteurs scientifiques: Prof. Tim Jickells - Environmental Sciences, University of East Anglia, Norwich - U.K. et Dr. Keith Weston - Environmental Sciences, University of East Anglia, Norwich - U.K.
dernière version : 2003-10.16

Last modified: Wednesday, 5 December 2018, 11:02 AM