El Niño, La Niña, et leurs impacts

El Niño

El Niño est un phénomène climatique à grande échelle du Pacifique tropical, qui touche les océans et l’atmosphère. Les températures de surface de l’eau de mer se réchauffent périodiquement, et El Niño correspond à la phase de réchauffement. Il apparaît généralement vers Noël, ce qui lui vaut son nom: El Niño signifie “l’enfant Jésus” en espagnol. Il dure entre 9 et 12 mois.

El Niño concerne le monde entier ...

1/a. Pendant l’hiver 1997/98, des vagues générées par le vent et la hausse anormale du niveau de la mer ont engendré des inondations et des tempêtes dont les dégâts ont coûté des centaines de millions de dollars, dans la région de San Francisco. Récemment, des scientifiques d’un organisme américain (U.S. Geological Survey) ont analysé les relevés du niveau de la mer depuis un siècle, près du Golden Gate Bridge ;leurs analyses ont conclu que cette hausse anormale du niveau de la mer était directement liée au phénomène atmosphérique El Niño de cette année-là.
from: USGS Fact Sheet

inondations à San Francisco

Les inondations de la rivière Paraguay ont entraîné l’évacuation forcée de plus de 35 000 personnes ; 7000 personnes se retrouvèrent isolées par les crues. Des pluies d’une intensité anormales, dues au phénomène El Nino, causèrent des inondations qui touchèrent 60 000 personnes à Asuncion, la capitale du Paraguay, ainsi que dans les provinces de Concepcion, Alberdi, San Pedro, Presidente Hayes et Alto Paraguay.
d’après: UNDP Desaster Protection, 1998 Jan, 8th

LIMA, 9 mai 2002 - En Avril, la tranquille rivière Piura se transforma en une nuit en un énorme torrent. Plus de 3 500 familles du nord du Pérou durent s’enfuir, en laissant leurs maisons et tous leurs biens. Les scientifiques ne sont pas tous d’accord pour savoir si cette catastrophe était due au phénomène climatique El Niño, qui réapparut cette année-là, ou pas.
d’après Reuters alert net

inondations à Lima

Le courant océanique chaud pendant El Niño a une influence considérable sur le climat mondial. A cause d’El Niño, il y a plus de pluies, des inondations, des tempêtes incroyables, mais aussi des sécheresses et parfois des feux dévastateurs.

A quoi est dû El Niño?

Normalement, sans El Nino, la température de surface de la mer dans le Pacifique tropical est environ 6 à 8 degrés Celsius plus élevée à l’ouest qu’à l’est. Cette différence de température est principalement due aux vents d’Est que sont les alizés, qui soufflent sur le Pacifique tropical, et qui poussent les eaux de surface chaudes d’est en ouest. La surface de l’eau se réchauffe progressivement en allant vers l’ouest car le soleil a le temps de la réchauffer. 

Anomalie de la température de surface pendant El Nino

2. Anomalie de la température de surface de la mer pendant des conditions El Niño.
Cette image ne vous donne pas la température de la mer, mais vous montre si la mer est plus chaude (en rouge) ou plus froide (en bleu) pendant un évènement El Niño, par rapport à sa température normale. On voit qu’à l’ouest de l’Amérique du sud, devant les côtes péruviennes, l’eau est plus chaude que la normale.
© clivar.org / Mojib Latif, MPI Hamburg

températures de surface de la mer en Novembre 2003

3. Sur cette image, vous pouvez voir les valeurs de la température de surface de la mer (SST, sea surface temperature en anglais) en degrés Celsius et Fahrenheit - en Novembre 2003.
Pendant cette période il n’y avait pas de conditions El Niño ; vous pouvez constater que les températures devant la côte ouest sud-américaine sont plutôt basses.
source: SSEC University of Madison / Wisconsin

A cause des vents qui poussent l’eau de mer vers l’ouest, la surface de l’eau est environ plus élevée de 0,5 m en Indonésie qu’en Equateur. De façon à rattraper cette différence de niveau à l’est, de l’eau froide remonte des profondeurs: c’est ce qu’on appelle un courant d’upwelling. Cette remontée d’eau profonde, riche en nutriments donc appréciée des poissons, est très importante pour l’industrie de la pêche.
[Les deux figures 4 a et b montrent un modèle en 3 dimensions de l’océan Pacifique, avec le continent américain à droite et l’Australie à gauche]

4. a) Les conditions normales dans le Pacifique: l'eau de surface est poussée vers l'ouest (à gauche, vers l'Australie) et l'eau froide (en bleu) remonte pour compenser la pente.

A l’inverse, pendant les années El Nino, les vents de surface sont affaiblis, laissant les eaux chaudes occuper tout le Pacifique tropical, et cette remontée d’eau froide s’en trouve atténuée. Les eaux anormalement chaudes sont très défavorables à la vie des algues et à l’abondance des poissons. Mais ce n’est pas le seul effet : à cause d’El Nino, l’atmosphère devient instable, ce qui modifie le climat et les pluies sur tout le globe. 

Les épisodes El Nino ont lieu tous les 2 à 7 ans.

4. b) les conditions El Niño dans le Pacifique: les eaux chaudes occupent toute la surface et les eaux froides ne peuvent pas remonter le long des côtes Sud-américaines
source: http://www.pmel.noaa.gov

La Nina

Par rapport à El Nino, La Nina (“la petite”) a tendance à refroidir en dessous de la normale les températures de surface de l’eau de mer dans le centre et l’est de l’océan Pacifique tropical.

Pendant La Niña, les alizés sont plus forts et la remontée d’eau froide (upwelling) le long de l’équateur et de la côte ouest de l’Amérique du sud s’intensifie. Les eaux de surface peuvent être de 4 degrés plus froides que la normale. Cet évènement, aussi appelé anti-El Nino, ou plus simplement “épisode froid” ou “évènement froid”  rend l’atmosphère très stable. La Nina a des effets sur le climat opposés à ceux créés par El Nino.

Ce phénomène apparaît environ deux fois moins souvent qu’El Nino.

4. c) conditions La Niña dans le Pacifique: l'eau froide remonte beaucoup car les alizés sont intensifiés
source: http://www.pmel.noaa.gov

Entre 1950 et 1997, El Nino eut lieu 31% du temps, La Nina 23% du temps, et à peu près 46% de cette période connut un état neutre. El Nino et La Nina reviennent en moyenne tous les 3 à 5 ans. D’après des données du passé, l’intervalle entre deux épisodes a varié entre 2 et 7 ans. Depuis 1975, La Nina a été moitié moins fréquente qu' El Nino ; ainsi, un épisode La Nina est susceptible de suivre un épisode El Nino, mais pas toujours. Les conditions climatiques engendrées par La Nina durent approximativement entre 9 et 12 mois, bien que certains épisodes puissent parfois persister pendant 2 ans.

 

Comparativement à El Nino, on s’est mis à parler de La Nina plus tard, car son influence sur l’industrie de la pêche est plus anecdotique que néfaste. Les recherches à son sujet se sont amplifiées après les années 80, lorsqu’on a commencé à comprendre que ces évènements avaient des conséquences planétaires.


Les impacts planétaires d'El Nino et de La Nina

Les conséquences de El Nino et La Nina se font surtout ressentir dans le bassin de l’océan Pacifique et le long de l’équateur. En gros, La Nina et El Nino ont des conséquences opposées. Les figures ci-dessous montrent les effets d’El Nino (à gauche) et de La Nina (à droite) sur les températures et les précipitations.

5. a) El Niño change les conditions météorologiques pratiquement partout dans le monde, et peut causer de graves problèmes dans certaines régions. En haut: de décembre à février, en bas: de juin à août.
source: http://www.cpc.ncep.noaa.gov

5b. Conséquences de la Nina (épisode froid) dans le monde. En haut: de décembre à février, en bas: de juin à août.
source: http://www.cpc.ncep.noaa.gov

Regardez la figure 5a. Au niveau des tropiques, pendant les épisodes El nino, l’activité orageuse de l’Indonésie se déplace vers l’est et le centre du Pacifique. Ceci aboutit à des conditions anormalement sèches au nord de l’Australie, de l’Indonésie et des Philippines, et ceci en hiver comme en été (zones marron sur la figure 5a). Pendant l’hiver boréal (dans l’hémisphère nord, de décembre à février) des conditions plus sèches que la normale sont observées au dessus de l’Afrique du sud-est et au nord du Brésil (marron et jaune sur la Fig. 5a). Pendant l’été boréal (juin à août), les précipitations de mousson au dessus de l’Inde sont plus faibles qu’à l’habitude, particulièrement au nord-ouest de l’Inde, ce qui est extrêmement grave pour l’agriculture locale. Pendant les épisodes El Nino, on observe des conditions anormalement humides sur la côte tropicale ouest de l’Amérique du sud, et aux latitudes subtropicales de l’Amérique du nord et du sud (en vert et rouge, en bas).

Fires in Indonesia Sept 1997

6. Feux en Indonésie - 30 septembre 1997 De mi-97 à mi-98, un épisode El Niño très fort a favorisé les feux catastrophiques en Indonésie cette année-là.
© NOAA / significant event imigary

En hiver, pendant un épisode El Nino, les systèmes de basse pression aux latitudes moyennes sont plus vigoureux qu’à l’accoutumée dans la région du Pacifique nord-est. Les pressions anormalement plus basses ont alors tendance à pomper de l’air chaud vers l’ouest du Canada, l’Alaska et l’extrême nord des USA frontalier. Les tempêtes sont aggravées dans le Golfe du Mexique et sur la côte sud-est des USA, ce qui amène un temps plus humide qu’à l’habitude. 

De telles conséquences n’apparaissent pas de manière évidente en Europe. Ceci ne signifie pas qu’El Nino et La Nina n’influencent pas le climat européen, mais plutôt que leur effet est trop faible pour être clairement identifié.

A propos de cette page:
auteur: Vera Schlanger - Hungarian Meteorological Service
relecteur scientifique: Dr. Ildikó Dobi Wantuch / Dr. Elena Kalmár - Hungarian Meteorological Service, Budapest
dernière version:  2003-10-28

Last modified: Tuesday, 23 June 2020, 6:32 PM